Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2012

"Le machin" de la territoriale

Décidément, dur dur pour le CNFPT. Après avoir digéré les remarques du rapport de la Cour des comptes et pris les mesures qui s'imposaient, voilà qu'il a sur le dos le très lu magazine Capital qui dans son numéro de fin d'année, à la recherche d'économies substantielles, assassine l'établissement avec force amalgames et raccourcis. Qualifiée de "grand opérateur de l'Etat" (sic), l' "école des fonctionnaires" s'en prend plein la figure pour pas un rond. Du coup, mon maire, qui est également patron, a uniquement retenu que dans "ce machin" :

- les formations sont inadaptées, pour preuve le taux d'absentéisme (sans jamais se demander si ce ne sont pas les agents qui subissent des changements de planning de dernière minute ou une réunion brusquement décalée, quand ce ne sont pas les refus de remplacement dans les très petites collectivités),

- le président, les administrateurs, les formateurs sont grassement payés. Pour donner de temps en temps des formations (jusqu'à 8 jours par an sur mes RTT), je reconnais que la rémunération est intéressante, voire motivante, mais pas délirante (de l'ordre de 200 € par jour pour un travail qui demande une préparation et consomme énormément d'énergie, pas facile de se retrouver devant 20 stagiaires avides de connaissances). Quant au contenu des formations, hormis dans le domaine informatique où la concurrence existe, qui peut mieux que le CNFPT et pour le même prix, nous former sur les marchés publics, les finances locales, le statut, où trouver un stage de soudure ou de maçonnerie ?

Bon, je ne fais pas l'apologie du CNFPT et je reconnais le bien fondé des remarques de la Cour des comptes, - moi-même j'ai connu des périodes comateuses à l'ENACT où, durant mon stage d'attaché, j'ai passé quelques semaines -, mais ça m'embête si les élus se mettent à décrier notre principal organisme de formation. J'avais déjà assez de mal avec certains agents réfractaires qui, à chaque fois, me sortent la même vanne : "on s'en va encore en déformation professionnelle" ? Et reviennent bien souvent enchantés.

Les commentaires sont fermés.