Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2010

Mort et ressuscité : alléluia !

La réunion d'ouverture des plis s'éternise. En près de deux heures, nous n'avons ouvert que trois quarts des enveloppes. L'heure de la fermeture de la garderie approche. Je commence à regarder discrètement ma montre en me préparant à annoncer mon départ prématuré, lorsque le téléphone de la salle de réunion sonne. C'est l'accueil qui prévient le Maire qu'il va devoir quitter la réunion : un accident vient d'avoir lieu sur la départementale, on déplore un mort, sa présence est requise. La séance est levée, je remercie intérieurement la victime et lui souhaite de reposer en paix.

Le lendemain, à l'état-civil, on attend de pied ferme les informations pour préparer l'acte de décès. Elles n'arrivent pas, c'est embêtant, il va falloir faire des heures supplémentaires, ce sera long et délicat à préparer, surtout si la personne n'était pas d'ici. Et puis vient le facteur avec le journal régional ; en gros titre "la victime entre la vie et la mort". Pas de décès sur le territoire communal, pas d'acte à établir, ouf ! Je remercie intérieurement la victime et lui souhaite de se rétablir.

Les commentaires sont fermés.