UA-114308868-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2013

Et vogue la galère

Cette année, et bien qu'étant dans une commune qui a ajourné la réforme scolaire comme la majorité des communes, je constate que le rythme scolaire s'est considérablement compliqué avec la mise en place des Activités Pédagogiques Complémentaires. Au-delà de la désagréable impression d'une école "à la carte", les parents ont de quoi se perdre. En effet, voici à quoi peut ressembler la journée de leur enfant :

- 7h30, accueil périscolaire (municipal),
- 8h00, APC (avec leur enseignant),
- 8h30, début de la classe,
- 11h30, pause méridienne ou récréation surveillée par les employés communaux,
- 12h00, repas servi par les employés communaux,
- 12h40, activités sportives ou culturelles avec les animateurs de la communauté de communes,
- 13h30, reprise de la classe,
- 16h30, accueil périscolaire pour les uns, aide aux devoirs pour les autres, aide personnalisée enfin pour certains,
- sans compter les activités extra-scolaires qui bien souvent prennent place le soir.
Certes, nous avons la chance de bénéficier d'activités proposées par la com'com', mais de nombreuses communes sont dans le même cas.

Pas étonnant qu'en cas d'accident ou de petit bobo, la première question soit : "C'était à quelle heure ?"
 



23/09/2013

La Reine Mère

Il arrive que l'ancienne secrétaire de mairie vienne nous rendre visite. Aussitôt, mes collègues redeviennent des petites filles à ses ordres. Elles l'écoutent religieusement, se laissent houspiller avec adoration. Je lis dans leurs yeux de la nostalgie, à croire qu'elles ont tout oublié des petites misères dont elles m'ont fait la confidence.

Une gêne s'établit entre nous. J'ai rencontré son écriture dans tous les dossiers, lu ses petites notes appliquées. C'est de l'ordre de l'intime, de l'indicible. Nous ne sommes pas ennemies, mais nous ne pourrons jamais devenir complices. Un peu comme l'épouse et l'ex épouse. Et puis, nous ne sommes pas de la même générations, nous ne travaillons pas de la même façon, elle doit trouver choquant d'avoir remplacé sa belle écriture par des pages imprimées dans le registre du conseil municipal.

J'ai connu une mairie où la secrétaire de mairie était appelée "la mère". Il y avait la mère et le maire. C'était même inscrit sur les étiquettes du téléphone pour les appels en interne.

20/09/2013

Courage, dématérialisons !

Je sors, la tête farcie, d'un énième rendez-vous avec un fournisseur de solutions informatiques en vue de la dématérialisation de nos documents. Avec l'approche de l'échéance de 2014 - pas celle des municipales, celle du fameux PES V2, le nouveau protocole d'échange standard de la Direction des Finances - nous allons enfin passer à la transmission dématérialisée des pièces justificatives : factures, devis, bons de commande, marchés. Du coup, je suis assaillie de demande de rendez-vous des prestataires informatiques de la région. Open Bee, Nérios, Therefore, c'est toute une panoplie de solutions, toutes différentes, toutes séduisantes, mais impossibles à comparer entre elles. Ceci dit, il y a toujours une faille.

"Et... pour les factures écrites à la main, sur papier autocopiant au format A5, on fait comment, ça reconnaît les caractères quand même votre technologie OCR ?
- Comment ça, des factures à la main ?
- Ben oui, la boulangerie du coin de la rue qui fournit la cantine, la station d'essence où vont les véhicules municipaux...
- Ah non, là ça océrise pas, ça océrisera pas du tout..." a reconnu le commercial d'un air soudain très las.



12/07/2013

Tout le monde se lève pour (con)damner

Je suis tombée sur ce fait divers qui s'est passé dans une cantine à Angoulême : des agents municipaux, excédés, barbouillent de crème dessert des enfants.

Je me disais qu'en tant que DGS, si ça se produisait dans ma collectivité, je serais obligée moi aussi de prendre un ton offusqué et de proposer des sanctions à l'encontre du personnel. Et pourtant, comme je les comprends, ces agents municipaux... Pour avoir fait l'accompagnatrice à la cantine, j'ai pu observer des comportements hallucinants chez certains enfants qui manifestement ne connaissent aucune limite. Quels sont les moyens du personnel, si on ne peut ni taper, ni crier, ni faire mettre la tête dans les mains (dans ma collectivité, les parents d'élèves se sont émus de cette pratique !)... ? Certes, il y a le permis à points, l'exclusion... mais dans l'un moment de crise, face à un enfant surexcité, on se sent démuni. Heureusement, il reste la Danette.

 

 

Boeœuf carotte

Je commande des consommables pour le photocopieur.
"Vous avez un fax pour que je vous envoie le devis ?
- Par courriel, vous ne préférez pas ?
- Oui, dites-moi votre adresse.
- Oui, c'est maville.dgs@ville.fr. Oui, D... G... S... comme direction générale des services.
- Ou la la, j'vais me tenir à carreau maintenant !
- Pardon ?
- Ben oui, vous êtes de la DGS !"
J'ai mis quelques secondes à comprendre qu'il me croit fonctionnaire à l'Inspection Générale des Services. Ou peut-être à la D.G.S.E. ?



08:50 Publié dans Nos VDM | Lien permanent | Commentaires (0)