UA-114308868-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Journal d'une attachée détachée - Page 5

  • Le guichet unique réseaux et canalisations : énorme déception

    Depuis quelques mois, nous nous préparons à exploiter pleinement ce nouvel outil qu'est le guichet uniquement "réseaux et canalisations". L'objectif est de centraliser les demandes de renseignements et DICT pour consulter les concessionnaires de réseaux avant d'entamer des travaux. Bref, pour éviter de percer la canalisation de gaz en installant un poteau d'éclairage public.

    Après une approche laborieuse, nous avons enfin créé nos trois comptes "collectivité", "exploitant de réseaux" et "déclarant de travaux". Déjà, pourquoi ne pas avoir centralisé ces cas de figure dans un compte unique puisque la plupart des collectivités ont les trois casquettes ?

    Aujourd'hui, j'effectue un premier essai avec notre directeur des services techniques pour une DICT en tant que maître d'ouvrage. Avant de creuser les fondations pour un chantier en régie, nous souhaitons savoir où sont exactement les réseaux. Nous accédons au site et parvenons à établir la cartographie de l'emprise de notre chantier. Puis, le lien vers un dossier nous arrive par courriel. Il s'agit d'une série de fichiers PDF : les formulaires Cerfa pré-remplis. Super ! Où se trouve le bouton "envoyer" pour le transmettre à ErDF, France Télécom, etc. ? Eh bien nulle part, il faut imprimer les formulaires et les envoyer ! La notice me confirme qu'effectivement le téléservice n'est pas une plafeforme d'envoi de documents. Donc imprimer, signer, photocopier, envoyer chaque Cerfa (alors qu'avant nous n'en remplissions qu'un seul). Vive le progrès.

    Pourquoi construire de tels outils pour ne pas aller au bout de la démarche ? Sans parler du temps passé à se l'approprier, un temps qui est transparent pour nos élus, et sans aucune valeur ajoutée. Grosse déception.




  • Sexisme, encore

    Un petit exemple tout simple qui illustre à quel point les mentalités sont longues à évoluer : je reçois par courriel un catalogue de tenues professionnelles pour le restaurant scolaire. Le titre du message est : "tenues dames école". La fameuse "dame de service" a de beaux jours devant elle...



  • FIC alors !

    Deux ou trois fois par an, j'anime un module de deux jours dans la formation d'intégration des agents de catégorie C (la FIC). Cela remonte à 2008, quand le CNFPT a eu besoin de faire appel à de nombreux formateurs pour ces sessions qui se mettaient en place.

    A chaque fois, j'ai devant moi un bon échantillon de ce qu'est la catégorie C de la fonction publique territoriale, dans un département globalement rural. ll y a le jeune goguenard, l'ancien militaire qui soutient que dans la FPE il y a davantage de droits et d'obligations, l'employée polyvalente d'une commune minuscule qui fait aussi bien la cantine que le ménage dans l'école, et accessoirement sert d'ATSEM ou d'agent d'accueil à l'agence postale communale, la jeune adjointe administrative entrée par la petite porte mais qui ne compte pas s'arrêter là, qui a déjà épluché ses droits et obligations et vous pose des questions centrées sur les congés, les autorisations d'absence et les jours de garde d'enfant.

    Et puis, il y a toujours ce moment, terrible, où un stagiaire s'endort. La digestion, la chaleur des salles de formation, le début d'après-midi, le visionnage d'une vidéo ou d'un diaporama, c'est imparable. A la pause, il se fait charrier par les autres. Pas facile, de rester assis toute une journée quand on travaille au grand air...

  • Glissement Vieillesse Technicité.

    Je ne vous dis pas la pression qui pèse sur les fonctionnaires âgés de presque 60 ans, qui déjà ont dû admettre l'idée de travailler jusqu'à deux ans supplémentaires alors qu'ils pensaient pouvoir prendre leur retraite, et terminent péniblement leur service face à une hiérarchie qui ne rêverait que de les voir partir, pour diminuer la masse salariale, pour renouveler l'équipe avec du sang neuf dans les collectivités les mieux loties, et qui entendent à la radio les grandes lignes du récent rapport de la Cour des Comptes : charges de personnel trop lourdes, absentéisme, mauvaise organisation du travail, etc. On leur dit en même temps qu'ils sont improductifs, qu'ils sont plus souvent malades, qu'on ne doit plus travailler comme avant, mais qu'il faut rester. Et, chaque matin, supporter les vannes des collègues. "Alors, papy, on attend la quille ?"



  • Ma copine de la CNRACL

    Nous avons reçu un dossier de validation de services pour un ancien agent, ensuite muté dans une autre commune. La barbe... C'est très fastidieux à remplir, surtout pour les agents contractuels ou vacataires, puisqu'il faut saisir les salaires mois par mois. J'ai dû m'y reprendre à trois fois. 

    Voici la première correspondance avec la CNRACL : un courrier-type avec au milieu un paragraphe rédigé par la personne qui suit ce dossier. Je suppose, j'espère, je préfère penser qu'elle n'a pas d'autre choix que d'écrire en majuscule, le résultat est terrible : j'ai l'impression qu'elle me gronde. D'ailleurs, la net-étiquette le précise : les mots en majuscule, ça veut dire qu'on crie.

    cnracl 1.jpg

     

     Voici ma réponse :

    cnracl 2.jpg

     

     Résultat, elle m'envoie de nouveaux formulaires et tout est à refaire !

    cnracl 3.jpg

    Par contre, je constate que les formulaires ont été modifiés et que désormais les cases pour indiquer les heures travaillées sont _ _ : _ _ et non plus _ _ , _ _ !

    Si vous avez un dossier de CNRACL à remplir, pensez à moi !